Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du groupe "Ensemble, Aulnoy au coeur", regroupant les élus communistes et républicains
  • Le blog du groupe "Ensemble, Aulnoy au coeur", regroupant les élus communistes et républicains
  • : Les élections municipales de Mars 2008 ont envoyé trois conseillers municipaux communistes et républicains au Conseil Municipal d'Aulnoy-lez-Valenciennes. Ce blog a pour but de permettre aux jeunes et aux salariés aulnésiens de rester en contact avec eux.
  • Contact

Recherche

Une question?

POUR RESTER EN CONTACT...

Par courrier :

3, Allée A, Avenue de la Rhônelle
59 300 AULNOY

Par courriel :
pcf-aulnoy@orange.fr

26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 19:32

undefined

Municipales et cantonales 2008

 

Les propositions nationales des candidats communistes et républicains
au service des habitants

 

 

Une quadruple ambition

Les élus communistes constituent une force importante, présente sur l'ensemble du territoire, impliquée dans la gestion de centaines de villes, de nombreux conseils généraux et qui forment un réseau d'idées et d'action relayés par les groupes communistes au Sénat et à l'assemblée nationale.

 

C'est avec volonté et détermination que les candidates et candidats présentés par le Parti Communiste Français abordent cette période intense de débat public et d’implication citoyenne que doivent être ces échéances municipales et cantonales.

 

Dans ce débat, ils mettent en avant quatre grands enjeux :

 

-       La riposte : la dynamique de riposte à la droite et à Sarkozy à laquelle les communistes ont activement contribué peut trouver, lors de ces élections, un moyen de s'exprimer en grand et être un point d'appui pour mettre un coup d'arrêt aux politiques libérales. L'élection d'un maximum de candidats communistes et républicains et leur meilleur score possible permettra d'envoyer le signe le plus clair qu'il faut changer de politique.
Alors que le gouvernement livre le pays et ses populations à une mondialisation capitaliste inhumaine, à la guerre économique, à la concurrence et au “ chacun pour soi ”, les villes, les départements constituent des lieux de résistance mais aussi d'action, un creuset démocratique où d’autres valeurs priment encore sur la seule loi de l’argent, comme l’intérêt général, le respect, l'entraide, les services publics, la vie associative... Il faut empêcher les mini-sarkozy locaux de tout casser, de décliner dans nos villes, nos départements, cette politique de démolition sociale.

 

-       La réponse aux besoins : Partout, les candidates et candidats communistes entendent continuer de faire la preuve qu'il est possible d'améliorer concrètement la vie quotidienne de leurs administrés. Ancrés dans la réalité des besoins et des attentes de la population, les candidates et candidats communistes proposent des politiques qui permettent l'épanouissement, la valorisation et la réussite de chacun, indispensable pour construire du commun, du “ vivre ensemble ” dans une ville ou un département. Dans de nombreux domaines, logements, crèches, transports publics,... les projets des élus communistes permettent, notamment par des politiques fiscales et tarifaires adaptées, de libérer du pouvoir d'achat pour tout un chacun. Dans tous les domaines, il entendent construire avec la population les solutions créatives et innovantes articulant “ réponse concrète ” et imagination.

 

-       La politique autrement : Pour rendre ces politiques de progrès possibles, il faut des élus différents et une nouvelle donne démocratique. Les candidates et candidats communistes prennent des engagements. Ils seront des élus populaires, à l'image de la population (mixité sociale, de genre et d'origine), accessibles et profondément humains. Comme toujours, ce seront des élus sur lesquels on peut compter, relais des luttes sociales comme des préoccupations du quotidien, capables de regarder en face les difficultés et les souffrances comme de se mettre à disposition des énergies et bonnes volontés qui abondent l'intérêt général. Ce seront des élus pour qui la démocratie et le dialogue ne sont pas une question de communication, de mode mais l'alpha et l'oméga de leur engagement.

 

-       Le rassemblement : Au-delà de la simple alternance telle qu'elle est parfois formulée à gauche, donner un maximum de force par le vote aux propositions portées par les candidates et candidats présentés par le Parti Communiste Français, c'est aussi rendre visible et crédible l'émergence d'une gauche combative et oeuvrer concrètement à construire des majorités d'idées et d'action pour l'avenir.


Vous pouvez consulter la totalité des propositions des candidats communistes et républicains à l'adresse suivante : http://pcf.fr/spip.php?article2471


Repost 0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 18:36
Charte pour un nouveau contrat local
Les élus et candidats communistes et républicains résolument à l'offensive


     Les candidats communistes et républicains se sont dotés d'un programme d'actions et de propositions à l'échelle nationale.

   Vous pouvez trouver sur cette page la
"Charte pour un nouveau contrat local"
:
http://www.elunet.org/THEMES/ANECR/2007/chartecontrat.pdf


   Vous pouvez également télécharger
le programme national des candidats communistes et républicains

pour les élections cantonales ici :
http://www.elunet.org/spip.php?article875
 
Repost 0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 17:36
undefined


Chers amis,



    Vous pouvez nous faire parvenir vos messages de soutien par mail ou courrier.
 

 

    Vous pouvez aussi rejoindre le comité de soutien, présidé par Christian Corbet, à la liste undefined
en nous faisant parvenir vos noms, prénoms et adresses, par mail :  perek.aulnoy@orange.fr. Nous publierons peu avant les élections la liste des aulnésiens qui nous soutiennent.


 Soyez nombreux à crier haut et fort
"NOUS VOULONS LE CHANGEMENT!".
 
Repost 0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 17:30

undefined

Chers amis,

 undefined est avant tout la liste des aulnésiens, des jeunes et des salariés de notre ville qui ont envie de se faire entendre au Conseil Municipal.

De fait, nous vous invitons à faire toutes les propositions programmatiques que vous souhaitez. Toutes idées et suggestions seront bienvenues.

Vous pouvez vous adresser à nous par mail : perek.aulnoy@orange.fr.


Bien fraternellement,
Les candidats de la liste "Ensemble, Aulnoy au coeur"

 

 

Repost 0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 13:51

Des manifs étudiantes contre la LRU…

aux élections municipales…


Résister et construire ensemble

 

 

    Au 1er semestre, nous avons été des milliers à lutter contre la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU). La droite au pouvoir qui a durement réprimé cette mobilisation continue de s’attaquer à nos droits : démantèlement de la fonction publique, casse des statuts, précarisation des travailleurs, chasse aux sans-papiers… Pas à un jour ne passe sans qu’un nouveau projet réactionnaire ne soit révélé ou que nos droits soient bafoués. A nous d’agir ensemble pour que cela cesse Contrôle des savoirs et exploitation des qualifications dans la nouvelle université A entendre Valérie Pécresse, la LRU n’est qu’un « cadre » qui doit être accompagné de moyens financiers et humains et complété par la mise en œuvre d’autres réformes pour améliorer la situation des étudiants.

Contrôle des savoirs et exploitation des qualifications
dans la nouvelle université

 

    La LRU, une simple réforme supplémentaire ? Non. L’application de la LRU impose un cadre dangereux pour nos universités et pour les savoirs, un cadre qui les soumet aux intérêts des entreprises et les met en concurrence.

D’importants moyens dégagés ? Non plus. Les promesses se multiplient mais les faits sont têtus : pas d’argent nouveau pour les facs ni de création de poste cette année. Quant aux années prochaines, malgré les importantes sommes annoncées, aucun engagement sérieux n’est pris sur leur programmation.

Une amélioration de la vie étudiante ? Pas d’avantage. Le fameux plan « Réussite en Licence » contient quelques mesurettes et va surtout dans le sens de la LRU : spécialiser à outrance nos formations pour fournir une main d’œuvre bon marché aux entreprises.


La précarité comme norme du nouveau monde du travail

   Alors que les salariés exigent une sécurité dans leur emploi, le patronat veut imposer une précarisation généralisée. Après avoir échoué sur le CPE, après la création du CNE, le MEDEF se lance à l’attaque du CDI. Le contrat de travail actuellement le plus protecteur pour les salariés est aujourd’hui en danger. Voilà plusieurs mois que le gouvernement et le patronat joignent leurs efforts pour faire plier les syndicats sur la réforme des institutions du monde du travail. Depuis peu, c’est en grande partie chose faite. Malgré quelques maigres contreparties, le voeu du patronat de pouvoir licencier facilement l’ensemble des salariés est proche d’être exaucé : la soi-disante « flexsécurité » sera bientôt en place. En effet, la loi qui sera votée au parlement dans quelques semaines aura pour principale conséquence la précarisation de la grande majorité des travailleurs :

  • Un « CDD de projet » à la place du CDI : le contrat se termine quand le projet se termine.

  • Une période d’essai pouvant aller jusqu’à 8 mois !

  • Une rupture du contrat qui n’est ni un licenciement, ni une démission, mais une séparation « à l’amiable » sans motif de licenciement.

   En complémentarité avec le nouveau contrat de travail, la décision du gouvernement de faire fusionner l’UNEDIC et l’ANPE va permettre un contrôle renforcé des chômeurs comme dans nombre de pays en Europe : après 3 refus du chômeur de prendre une offre d’emploi, il est immédiatement radié des listes d’indemnisation. Sans mobilisation des citoyens dans les semaines qui viennent, le code du travail pourra sans problème être utilisé comme dans le dessin ci-dessus.

 

La destitution de nos droits et pouvoirs dans notre nouvelle vie

 

 

    Une fois ces mesures connues, on peut sans difficulté décrire le parcours type d’un citoyen dans cette nouvelle société :

    S’il a atteint le bac et qu’il en a les moyens (un peu présomptueux dans la nouvelle société), il entre, grâce à la LRU, dans une nouvelle Université qui à la liberté de le mettre en concurrence avec ses camarades et la responsabilité de le contraindre à une filière pro en 3 ans.

    Sa Licence en poche, il entre dans le nouveau marché du travail où un patron profitera de la flexibilité pour lui proposer un contrat à bas coût sur projet. Par peur du chômage, l’étudiant ne se risquera probablement pas à refuser cette offre.

 

    Au terme de son contrat ou peut-être avant, il sera licencier à l’amiable pour qu’il n’ait pas la prétention de réclamer une augmentation de salaire, cette sécurité tant attendue. Il sera alors au chômage et la droite tentera de lui expliquer que ce ne serait pas le cas si tant de sans-papiers ne travaillaient pas clandestinement.

    Parce qu’il a reçu une formation très spécialisée, on ne lui proposera que des emplois qui ne correspondent pas à sa formation. Il aura alors le choix entre être radier des listes et vivre dans la misère ou bien prendre un emploi encore plus mal payé que le précédent puisqu’au vu de sa formation il n’est pas vraiment employable.

    Les cadres qui ont mérité des postes à responsabilité dans son entreprise auront quant à eux peur de ressembler à ce travailleur précaire et ne se risqueront pas plus que lui à se battre pour leurs droits dans l’entreprise.



« En résumé, la politique de la droite c’est

exploiter et diviser pour mieux régner » !

De la rue aux urnes : organisons-nous pour résister à la droite
et construire une alternative au capitalisme


   Contre la classe dominante, représentée par la droite au pouvoir, nous devons nous organiser pour lutter contre sa politique et construire ensemble un projet qui permette l’émancipation de chacun et le progrès humain. L’Union des étudiants communistes (UEC) se veut être un outil au service de tous les étudiants qui veulent en finir avec le capitalisme, avec l’exploitation et les dominations qu’il engendre. Résistons en répondant coup pour coup aux attaques du gouvernement sur nos droits sociaux et démocratiques. Continuons à nous mobiliser dans la rue contre ses réformes réactionnaires et rassemblons-nous pour élaborer la société que nous voulons. Les 9 et 16 mars auront lieu les élections municipales. Nos villes peuvent être des lieux de résistances à la politique réactionnaire de la droite car elles ont des compétences dans nombre de domaines : par exemple pour responsabiliser les entreprises, développer les services publics et, par leur qualité d’élus, les maires peuvent directement intervenir pour protéger les citoyens, en particulier les sans-papiers. Si la droite gagne, alors elle aura toute la légitimité pour réaliser son projet : elle n’hésitera pas à mettre en place les mesures nécessaires au renforcement de l’exploitation et de la domination de la grande majorité de la population. Alors mobilisons-nous pour que les élections municipales contribuent à mettre un coup d’arrêt à cette politique !

Avec l’Union des Etudiants Communistes,
de la rue aux urnes

Mettons un coup d’arrêt à la politique destructrice de la droite !

 
www.etudiants-communistes.fr

Repost 0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 11:20

 

 Charte des jeunes candidats soutenus par le PCF et le MJCF :

 

« De nouveaux DROITS pour changer la vie des JEUNES »

 

 

Des manifestations contre Le Pen en 2002 au CPE en 2006, des mobilisations contre la guerre en Irak, à celle contre les réformes libérales dans les universités et dans les lycées, nous avons été de tous les combats.
 

En 2007, nous avons voté contre Sarkozy et sa politique répressive et régressive.

 

Si nous avons été de toutes ces luttes, c’est que nous sommes parmi les premières victimes du capitalisme. Nos conditions de vie, de travail et d’études sont marquées par une régression sans précédent. La vie des jeunes, c’est la galère assurée, nos accès aux savoirs sont réduits à des socles de connaissance au rabais, les contrats bidons constituent des freins à notre émancipation, la porte de la démocratie nous est fermée, un logement pour soi est une illusion. Nous sommes formatés pour devenir de bons soldats de la concurrence libre et non faussée. A cette précarité s’ajoutent les discriminations et la politique sécuritaire dont nous subissons quotidiennement les conséquences. Les révoltes de l’automne 2005 dans les quartiers ont révélées le malaise généré par une société qui chaque jour exclue un peu plus.

 

Si rien ne change, nous serons la première génération à vivre plus mal que celle de ses parents.

 

Face à cela, partout des jeunes, des salariés résistent, tentent de changer cette mauvaise donne, ne plus subir en silence. Nous voulons impulser des changements politiques qui fracturent l’ultralibéralisme. Malgré les coups, nous créons de petites et de grandes victoires qui font vivre l’espoir. Nous voulons une société de justice sociale, économique et environnementale, des politiques en rupture avec ce système.

 

Le nombre de jeunes candidats sur les listes de gauche présentés ou soutenues par le PCF pour les élections municipales et cantonales témoigne de cette volonté de prendre part à l’action politique à tous les niveaux pour changer nos vies et la société.

 

Nous voulons continuer le combat, continuer à porter nos propositions et notre aspiration au changement dans nos villes et départements, parce que les collectivités locales peuvent être un outil de la démocratie pour le progrès.

 

La droite de Sarkozy veut faire de ces élections une étape de validation de sa politique et mettre les collectivités locales au service de son entreprise de casse sociale. A l’opposé, nous sommes déterminés à en faire des leviers de résistance et de changement.

 

Nous voulons agir à tous les niveaux pour sortir les jeunes de la précarité.

 

Être autonome, pouvoir construire sa vie, faire des projets d’avenir, doit être un droit ! Il faut sécuriser notre futur, casser cette machine ultralibérale, donner la liberté à toutes et tous de faire nos propres choix, de grandir et de nous épanouir. Il ne s’agit pas d’égalité des chances mais d’égalité des droits partout et pour tous, de nouveaux droits pour les jeunes.

 

Bien sur, les collectivités locales n’ont pas tous les pouvoirs, c’est pourquoi, nous continuerons à lutter à tous les niveaux, pour obtenir et garantir de nouveaux droits.

 

Dans nos villes et départements nous nous battrons pour :

 

 
Le droit à l’emploi stable.

 

 

Nous proposons d’accompagner l’insertion professionnelle des jeunes vers un emploi durable et correctement rémunéré, de lutter contre les discriminations à l’embauche, et de mettre en place un plan de résorption de l’emploi précaire des jeunes (et de tous en général). Dans ce cadre, nous nous engageons pour la mise en place de charte de l'emploi des jeunes avec la commune, les entreprises de la commune et du département.

 


 
Le droit au logement

 

 

Nous nous engageons pour la mise en place d’un plan d’urgence pour le logement par une construction massive de logements sociaux, et pour qu’une partie d’entre eux soit réservée aux jeunes et étudiants. Nous nous engageons également à faire respecter la loi SRU et pour la mise en place d’arrêtés anti-expulsion. Dans ce cadre, les jeunes candidats s'engagent pour des attributions spécifiques de logements sociaux et pour être à l'initiative des luttes collectives nécessaires au règlement individuel des situations de chaque jeune.

 


 
Le droit aux transports

 

 

Nous proposons de mettre en place une « réduction jeune et étudiant » sur tous les transports.

 

Les jeunes candidats s'engagent à travailler ville par ville au développement de transports publics de qualité. Cela suppose de mettre en place des coopérations entre les collectivités territoriales et une lutte importante pour augmenter la participation de l’Etat.

 


 


 
Le droit à la santé

 

 

Nous voulons développer l'augmentation de sites de santé municipaux avec un accès spécifique jeune et développer l'accès gratuit à la contraception.

 


 
Le droit à la culture, au sport et aux loisirs

 

 

Nous voulons permettre l'accès à toutes les pratiques culturelles. Dans ce cadre, nous voulons favoriser la création de nouveaux sites de création et de formation artistique. Nous voulons aussi agir sur des tarifs adaptés aux jeunes avec par exemple la mise en place d’une carte jeune donnant accès, par des réductions aux événements culturels et sportifs.

 
Le droit à l’exercice de la citoyenneté

 

 

Nous nous engageons pour que les jeunes puissent intervenir sur toutes les politiques publiques et décisions les concernant. Ils doivent pouvoir décider de la politique d’aujourd’hui, qui ne sera pas sans conséquence sur le monde dans lequel ils vivront demain.

 

Nous voulons renforcer les conseils représentatifs de la jeunesse qui existent et en créer de nouveaux. Nous devons promouvoir un soutien actif (subventions, infrastructures) aux associations, et à celles des jeunes en particulier.

 

Communiqué de Presse :

 

Les jeunes candidats présentés par le PCF présentent

 

leur charte pour les droits des jeunes

 

 

Cet après midi à Bobigny (93), lors d’une conférence de presse,  plus d’une centaine de jeunes candidats, parmi les plus de 1000 présentés par le Parti communiste français pour les élections municipales et cantonales, ont rendu publique une charte pour les droits des jeunes. Ils étaient accompagnés de Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF, Catherine Peyge, maire de Bobigny, et Hervé Bramy, président du conseil général de Seine-Saint-Denis.

 

Ils ont d’abord rappelé le rôle de la jeunesse dans les grands moments politiques de ces dernières années, comme la lutte contre le CPE en 2006 ou la victoire du Non au référendum sur la constitution européenne de mai 2005.

 

Dans son  intervention, Yannick Nadesan, candidat aux élections cantonales en Ille-et-Vilaine a souligné « le souffle de fraîcheur » que les jeunes élus apporteront dans les institutions et à la gauche.

 

Une idée reprise par Marie-George Buffet qui a elle-même ajouté combien l’engagement de ces jeunes candidats et futurs jeunes élus permettra la mise en place de politiques audacieuses dans les collectivités territoriales.

 

Waly Yatera, jeune candidat sur la liste de rassemblement conduite par Catherine Peyge, a pris l’exemple du Contrat de réussite solidaire mis en place par la municipalité à direction communiste de Bobigny pour illustrer le rôle que peuvent jouer les villes et les départements dans l’accompagnement de la réussite des jeunes.

 

A la suite de cette conférence de presse, les jeunes candidats sont allés présenter la charte à des jeunes de Bobigny lors d’une initiative autour du centre commercial Bobigny 2.

 

Pour rappel, cette charte propose la mise en place d’un dispositif de nouveaux droits pour changer la vie des jeunes, et pour changer celle de toute la société. L’ambition des jeunes communistes est de sortir de la loi du marché tous les droits fondamentaux qui sont inaliénables ; la santé, le logement, les transports, l’énergie, la culture,… Des droits qui seront garantis par l’extension maximale de la sphère publique.


Mouvement des Jeunes Communistes de France

 




 

Repost 0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 00:36

Ce samedi 26 janvier, à 16h, Philippe Perek et les candidats de la liste
Titre--Ensemble--aulnoy-au-coeur-.jpg
organisent une rencontre publique à la Salle des Tilleuls.


Nous serons plusieurs de notre liste à vous présenter notre programme sous la forme de propositions pour Aulnoy et nous souhaitons, avec vous, l'enrichir. Nous répondrons en outre à vos questions et interrogations.

 
Soyez nombreux pour, ensemble, construire le Aulnoy de demain!

 

Repost 0
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 23:58
Chers amis visiteurs,

Les candidats et soutiens de la liste de large rassemblement
undefined
conduite par Philippe Perek et présentée par le Parti Communiste Français,  vous souhaitent la bienvenue sur leur blog.


undefined
Repost 0